Vous êtes ?

Fait marquant 2014

Sablière J. LEONHART à Sélestat

Avancement des mesures de réduction et de compensation pour la biodiversité

La Sablière J. LEONHART est localisée au Sud du ban communal de Sélestat, à proximité de la Réserve Naturelle régionale de l'Illwald, entre le canal du Moulin de Saint-Hippolyte et le ruisseau du Brunnenwasser. L'exploitation de cette carrière en eau est autorisée par arrêté préfectoral du 30 juillet 2008 pour une période de 30 ans. La prise en compte des différentes contraintes environnementales a conduit à la prescription d'un certain nombre de mesures de réduction et de compensation des impacts et notamment :

  • mesures réductrices d'effets sur les berges : création de roselières, création et aménagement de hauts fonds, de mares, d'avancées graveleuses ; 
  • insertion paysagère : création de prairies hygrophiles, mise en place de deux observatoires destinés aux naturalistes, plantation d'arbres et d'arbustes (aulnaie - frênaie et chênaie - charmaie), aménagement de haies ;
  • mesures compensatoires : aménagement et gestion de prairies favorables au Cuivré des Marais, à l'Azuré des paluds et à l'Azuré de la sanguisorbe, aménagement de prairies hygrophiles, création de petites dépressions favorables aux espèces animales et végétales hygrophiles, maintien et gestion de bosquets arbustifs et arborés.

Par ailleurs, l'exploitant devra reboiser des terrains en compensation au défrichement à réaliser sur certaines parties des parcelles concernées par l'exploitation. 

Compte tenu de la présence d'espèces protégées, cette carrière est également soumise à dérogation au titre des espèces protégées par arrêté préfectoral du 4 juillet 2013. Une visite d'inspection réalisée en 2014 avec la participation du service milieux et risques naturel de la DREAL Alsace a permis de contrôler le respect de certaines prescriptions de cet arrêté et notamment :

  • la réalisation des premiers transferts de plantes protégées et le suivi de la restauration et du transfert des espèces protégées. 4 espèces de plante sont concernées, il s'agit de la Gesse des Marais, la Stellaire des marais, l'orge faux-seigle et le Calamagrostis des marais. La poursuite des travaux sera réalisée ou adaptée en fonction de l'analyse de la réussite de ces premiers transferts.
  • le maintien d'un corridor prairial non interrompu favorables aux espèces animales, du Nord au Sud du secteur Ouest de la carrière ;
  • la réalisation de fauches annuelles destinées à favoriser la fréquentation par les 3 espèces de papillons protégées présentes (Azuré des paluds, Azuré de la sanguisorbe et Cuivré des marais) ;
  • la coupe d'une ancienne peupleraie et un réensemencement de la parcelle avec des produits de fauches riches en sanguisorbe (plante herbacée vivace de la famille des Rosacées) ;
  • la mise en place d'un bail emphytéotique avec le Conservatoire des sites Alsaciens (CSA) sur une durée d'au moins 50 ans et portant sur un peu plus de 50 hectares des sablières LEONHART, ce qui permet d'assurer la pérennité des mesures en faveur des espèces protégées. Les parcelles concernées seront également intégrées dans la Réserve Naturelle Régionale (RNR) du Ried mise en place par la ville de Sélestat.

L'ensemble des mesures fait l'objet d'un suivi avec restitution régulière aux services de l'Etat. Le cas échéant, les résultats du suivi pourraient amener à réorienter certaines mesures.

Un arrêté préfectoral de protection de Biotope (APPB) intégrant l'ensemble des terrains d'intérêt patrimonial et recouvrant une surface d'environ 50 ha permettra de garantir la conservation des habitats et des espèces patrimoniales présentes. La procédure qui conduira à la signature de cet acte est en cours.

A l'issue de la période d'exploitation de la carrière le projet de remise en état consiste à rendre le site en zone naturelle. Le site sera mis en sécurité, les installations fixes et mobiles seront démantelées. Le tracé des rives devra éviter les formes linéaires et les talus devront présenter des pentes diverses pour permettre l'implantation d'espèces animales et végétales variées. Les terres de découverte et les horizons humifères serviront à la remise en état des zones situées autour du plan d'eau. Des plantations terrestres et aquatiques devront également être réalisées à partir d'essences locales.

Retour en haut