Vous êtes ?

Chiffres-clés

Les principales pollutions affectant les eaux de surface liées aux activités urbaines, agricoles ou industrielles sont :

  • la pollution dite classique constituée de la pollution organique consommatrice de l’oxygène dissous de l’eau, de la pollution solide obscurcissant l’eau et diminuant ainsi la photosynthèse et de la pollution azotée et phosphorée, responsable d’une eutrophisation des milieux ;
  • la pollution dite toxique liée à la présence de métaux ou de substances chimiques responsables d’effets sur l’environnement et l’homme, même à faible dose.

La directive cadre sur l’eau (DCE) européenne fixe, à tous les États membres, un objectif de bon état des masses d’eau à échéance 2015 avec possibilité de dérogation à 2021 ou 2027 pour les masses d’eau présentant les problématiques les plus complexes.

Les données présentées sont issues du registre des émissions annuelles de pollution et de déchets et permettent une analyse à l’échelle macroscopique de l’évolution des rejets au niveau de la région Alsace. Elles correspondent aux émissions déclarées par les industriels (sans les stations d’épuration urbaines).

La pollution classique

Les rejets en pollution classique ont globalement diminué en 10 ans comme le montre le graphique ci-dessous.

Plusieurs facteurs ont joué en ce sens : l’amélioration du traitement par un meilleur équipement des industriels en stations de traitement, l’utilisation de produits de nettoyage de teneur réduite en phosphates et la pression réglementaire sur la réduction des émissions dans les masses d’eau dégradées du fait de ce type de pollution, aujourd’hui bien connue.

Pollution classique

La pollution toxique

Les rejets en pollution toxique ont globalement diminué depuis 2004 comme l’illustre le graphique ci-dessous. Cela s’explique en grande partie par la pression réglementaire relative à l’application des meilleures techniques disponibles, imposée par la directive IPPC aujourd’hui IED. Les industriels ont travaillé sur l’optimisation de leurs procédés en favorisant notamment le recyclage, sur la substitution des matières premières et sur l’amélioration du traitement des effluents (séparation en amont des effluents pour optimisation du traitement).

Pollution toxique
Retour en haut