Vous êtes ?

Connaissance de l'état des masses d'eau

La Directive Cadre sur l'Eau en fixant des objectifs sur le bon état des masses d'eau a accru la surveillance de l'état des masses d'eau.

Qualité de l'eau en Alsace
Qualité de l'eau en Alsace

L'état écologique d'une masse d'eau apprécie la structure et le fonctionnement des écosystèmes aquatiques et se détermine à l'aide d'éléments de qualité : biologiques, morphologiques et physico-chimiques. Les polluants caractéristiques de la pollution dite classique sont inclus dans l'état écologique de même que quatre métaux que sont le cuivre, le zinc, le chrome et l'arsenic.

L'état chimique se détermine au regard du respect des normes de qualité environnementales (NQE) équivalentes à des valeurs seuils établies pour 41 substances.

Ces 41 substances incluent les principaux métaux, les Hydrocarbures Aromatiques Polycycliques et solvants chlorés utilisé dans l'artisanat et l'industrie et susceptibles d'être retrouvés dans l'environnement.

Le dernier état des lieux des masses d'eau réalisé en 2013 et le diagnostic qui y a été associé mettent en évidence les points suivants :

  • Seulement 20 % des masses d'eau de surface du secteur Rhin Supérieur présentent un bon état écologique ; l'état est connu pour 100 % des masses d'eau même si pour 33 % d'entre elles, le niveau de confiance de l'état est jugé faible (72 % en 2009).
  • Pour les masses d'eau ayant fait l'objet d'une surveillance sur les deux périodes de surveillance (2006-2007 pour l'état des lieux 2009 et 2010-2011 pour l'état des lieux 2013), l'état initial est maintenu dans environ 80 % des cas et une amélioration de l'état est constaté pour 12 à 19 % des masses d'eau selon les paramètres. Pour les masses d'eau dont l'état n'était pas connu sur le première période et qui a été défini par défaut comme bon, leur état écologique ne s'est pas amélioré voire s'est dégradé, depuis que cet état est connu.
  • L'analyse des impacts et des pressions montre que pour la pollution classique, des pressions significatives sont identifiées pour l'ensemble des polluants. Les masses d'eau impactées par des pressions industrielles font également l'objet de pressions urbaines ou encore issues de l'élevage. L'évaluation de l'état chimique ne concerne que la moitié des masses d'eau puisque 47 % des masses d'eau sont présentées en « état chimique non déterminé » bien que l'effort de surveillance ait augmenté depuis 2008 accroissant ainsi la représentativité de l'échantillon des masses d'eau surveillées (1 % dans l'état des lieux 2009).
  • Parmi les masses d'eau connues, 67 % présentent un bon état chimique. Le non respect des critères du bon état chimique s'expliquent du fait des substances suivantes
    • les hydrocarbures aromatiques polycycliques (HAP);
    • le mercure.
  • L'analyse des impacts et des pressions montre que pour la pollution toxique, des pressions significatives sur les masses d'eau sont identifiées uniquement pour le cuivre (Cu), le zinc (Zn) et la famille des hydrocarbures aromatiques polycycliques (HAP). Pour les autres substances, les connaissances restent encore trop incomplètes pour pouvoir déterminer des niveaux de pressions s'exerçant sur les masses d'eau et susceptibles d'expliquer un état dégradé.
  • Concernant les métaux, si les rejets de stations urbaines et d'industries isolées peuvent participer à des diagnostics de mauvais état, il semble que les rejets issus du Ruissellement en temps de pluie (RUTP) des agglomérations constituent la principale source d'apport dans les masses d'eau.
  • De même, concernant les HAP, il semble que parmi les différents apports, le ruissellement des sols par temps de pluie constitue la part majoritaire, bien que certaines masses d'eau identifiées subissent des pressions significatives liées à des rejets ponctuels (stations urbaines ou industries isolées).
Retour en haut