Vous êtes ?

Fait marquant 2014

Sites et sols pollués en Alsace
cliquez pour agrandir l'image Sites et sols pollués en Alsace

L'activité d'une ICPE peut générer, par son activité, des sites et sols pollués. Ceux-ci comportent un risque réel ou potentiel pour la santé humaine ou l'environnement. Ce risque découle d'une pollution des milieux (sols et eaux souterraines) et de sa diffusion. Pour des raisons techniques et matérielles, la pollution est souvent caractérisée et traitée au moment de la mise à l'arrêt définitif de l'installation.

Dès la notification de la cessation d'activité, la mise en sécurité du site doit être effectuée par l'exploitant. Il s'agit de l'évacuation des déchets, de la clôture du site, de la coupure d'électricité et d'eau et une surveillance de l'impact potentiel sur les eaux souterraines. À défaut, le site peut-être source de dangers et d'inconvénients multiples (chute, électrocution, contamination de la nappe phréatique…). En parallèle, l'exploitant doit remettre le site en compatibilité selon l'usage défini.

À titre d'exemple, le site Rhodia Chimie, situé à Mulhouse, est définitivement à l'arrêt depuis 2007. Son activité industrielle de synthèse de produits chimiques a causé une pollution aux nitrochlorobenzènes (NCB). Elle a impacté la nappe phréatique et les sols. Afin de confiner la migration des eaux polluées, une barrière hydraulique a été prescrite par arrêté préfectoral et mise en place par l'exploitant. Une surveillance des eaux souterraines permet de vérifier son efficacité. Des travaux de réhabilitation ont débuté sur ce site. Ils doivent rendre le site compatible avec un usage futur de type industriel, usage décidé entre l'ancien exploitant, le propriétaire et la mairie.

La surface à traiter représente environ 2 000 m² sur 5 mètres de profondeur. La méthode de dépollution choisie pour traiter les sources est la désorption thermique in situ à cause du caractère volatil des polluants. Par chauffage des sols grâce à des résistances thermiques, les polluants passent en phase gazeuse et sont recueillis par un tube crépiné implanté dans le sol. Les gaz sont refroidis et retournent à l'état liquide. Le condensat recueilli est traité comme un déchet dangereux.
 

Retour en haut