Vous êtes ?

Objectif

Dans le domaine industriel, la préservation du capital que constituent les eaux souterraines repose sur plusieurs axes.

Économie de l'eau

Il s'agit d'utiliser l'eau strictement nécessaire aux procédés, en terme de qualité et en terme de quantité. Cet optimum doit être régulièrement révisé au regard de l'évolution des meilleures technologies disponibles, d'une approche environnementale globale et du rapport coût/ bénéfice des investissements mais aussi des charges de fonctionnement. Les prescriptions préfectorales peuvent imposer des conditions en ce sens.

Précautions opératoires

Les principales prescriptions sont les suivantes : tout réservoir de produit polluant doit être assorti d'une capacité de rétention, ainsi que les zones de dépotages. La manipulation des fluides sensibles doit faire l'objet de procédures de sécurité. Les équipements doivent être munis de jauges et de niveaux d'alerte. Les canalisations d'adduction et d'évacuation doivent être périodiquement vérifiées.

Surveiller pour intervenir vite

Les sites qui manipulent des substances potentiellement polluantes doivent faire l'objet d'une surveillance régulière de la qualité des eaux souterraines afin de détecter précocement une éventuelle fuite et d'intervenir rapidement.

Réparer la dégradation des milieux

Suite à un incident, ou dans le cadre de la procédure de cessation d'activité, l'industriel doit rechercher à supprimer la source de pollution. En application du Schéma directeur d'aménagement et de gestion des eaux (SDAGE), les mesures prises visent à recouvrer les caractéristiques de bon état de la masse d'eau.

Retour en haut